« Le voici maintenant le moment favorable, le voici maintenant le jour du salut ».

En ce temps de Carême, la première attitude qui nous est demandée, c’est d’écouter l’Evangile avec plus d’attention, car la Parole du Christ nous permet de revenir vers le Seigneur, notre Dieu, sans crainte et sans peur, de prier avec piété et d’exercer la charité qui est le cœur même de notre vie.

Chaque année, dans l’Evangile, nous entendons l’appel à la conversion, à la prière et au jeûne. Sans doute, à force de l’entendre, cet appel risque de devenir la routine. Cependant, nous pouvons nous appuyer sur la prière de l’Eglise que nous citons ensemble au cours de chaque messe : «Que nos privations nous rendent plus fort pour lutter contre l’esprit du mal» ; «Inspire-nous, Seigneur, des actes de pénitence et de charité qui nous détournent de nous-mêmes, afin que, purifiés de nos fautes, nous puissions mieux nous unir à la Passion de ton Fils»  (Prière du Mercredi des Cendres) ;  «Que ta bienveillance nous accompagne, Seigneur,  durant ces jours de privation, pour que la discipline imposée à notre corps soit pratiquée avec amour» (Prière du Vendredi après les Cendres).

A l’aide de ces prières, chacun peut identifier et faire grandir des actes qui lui donnent la joie et la paix. Que chaque acte de charité envers soi-même et envers les autres confirme son désir d’entrer en Carême et de marcher vers Pâques.

Que chacun trouve un acte, si banal ou si ordinaire soit-il, pour traduire la disponibilité de son cœur et ainsi expérimenter ce temps de grâce, qui lui permet de se sentir vraiment aimé par le Seigneur.

Que notre démarche de conversion nous permette d’exprimer notre confiance et notre humilité devant Dieu, Celui qui nous appelle à la Vie.

Père Dominique BUI

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *